SEMINAIRE DE V. DE COOREBYTER

Nous avons le  plaisir de vous informer de la reprise du séminaire animé par V. de  Coorebyter,  consacré cette année 2013-2014 à :

« Le Saint Genet de Sartre : une théorie de l’aliénation »

organisé par l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes) et  le CIEPFC (Centre international d’étude de la philosophie française  contemporaine/ ENS-Ulm, dir. F. Worms)

Vous trouverez en annexe toutes les informations utiles ainsi que le programme de l’année.
Rendez-vous le 11 octobre prochain à l’ENS, salle des Conférences (46, rue d’Ulm, 75005 Paris), de 14 à 17h.

Séminaire
à l’Ecole Normale Supérieure, Paris, 2013-2014

« Le Saint Genet de Sartre : une théorie
de l’aliénation »

 

 

  1. I.
    Organisation

Le
séminaire est organisé par l’ITEM, Institut des Textes et Manuscrits modernes,
UMR CNRS/ENS dirigée par Pierre-Marc de Biasi, et le CIEPFC, Centre
International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine, centre de
recherche de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm dirigé par Frédéric
Worms.

Le
séminaire est donné par Vincent de Coorebyter, professeur à l’Université libre
de Bruxelles, membre de l’Académie royale de Belgique, chargé de recherche dans
l’équipe Sartre de l’ITEM, codirecteur scientifique des Etudes sartriennes.

La
durée totale du séminaire est de 24 heures, réparties en 8 séances de 3 heures.
Le séminaire est validable, à hauteur de 6 ECTS, pour les étudiants de Master 1
et Master 2 en philosophie de l’ENS.

  1. II.
    Thème

Le
Saint Genet, comédien et martyr de
Jean-Paul Sartre est généralement interprété comme l’histoire d’une libération,
conformément à la manière dont Sartre lui-même l’a présenté en 1952. Il est
rangé dans la catégorie des livres existentialistes de Sartre et soupçonné, à
ce titre, d’ignorer le poids du social et des conditionnements, de magnifier
avec candeur la victoire de l’individu sur la société, de la liberté sur le
destin.

A
rebours de cette lecture dominante, le séminaire s’attachera à montrer que le Saint Genet développe une théorie
systématique et subtile de l’aliénation, qui prépare le rapprochement de Sartre
avec le marxisme opéré l’année même de la publication du livre. Loin de la
légende d’un Sartre s’accrochant à la phénoménologie pour préserver en toutes
circonstances une subjectivité souveraine, on montrera ici que l’aliénation
sociale est d’autant plus radicale, pour Sartre, qu’elle fait de la liberté son
alliée.

  1. III.
     Salle et calendrier

Toutes
les séances se déroulent à l’ENS le vendredi après-midi, de 14h à 17h, dans la
salle des Conférences, 46 rue d’Ulm, Paris, 5e arrondissement.
L’ordre des séances est le suivant.

  • 11 octobre 2013 :
    « Le soupçon : un déni du social »
  • 8 novembre 2013 :
    « L’aliénation originelle : l’enfance »
  • 13 décembre
    2013 : « L’aliénation active : la sainteté et le vol »
  • 10 janvier 2014 :
    « L’aliénation objectivante : “Tu es un voleur” »
  • 7 février 2014 : « L’aliénation
    assumée : “Je serai le Voleur” »
  • 7 mars 2014 : « L’aliénation
    intime : l’homosexualité »
  • 4 avril 2014 : « La
    structure paradoxale de l’aliénation : le choix originel »

16 mai 2014 : « Retour à Sartre :
Didier Eribon présente sa lecture

Lamoketterie |
lesbullesdannick |
Fatimacousinrachdi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Assodesfalaises
| Un pas vers les etoiles
| Ehua